Hommage à la classe ouvrière

128.373.1VLors de l’inauguration officielle du premier Hôtel de Ville le 14 juillet 1962, cette sculpture nommée Hommage à la classe ouvrière de l’artiste québécois Armand Vaillancourt fut dévoilée au public. Construite principalement de fonte et de béton (sections de roue de locomotive, de lamelle de tuyau, de pelle mécanique et de bouilloire amalgamées sur un socle en béton) pour des dimensions de 6’ x 10’ x 4’, elle fut alors installée devant cet Hôtel de Ville. À l’automne 2007, la sculpture est déménagée sur le terrain de l’Hôtel de Ville actuel, du côté du boulevard Rome.

Selon M. Vaillancourt, l’art revêt surtout un caractère d’engagement social. Il caractérise lui-même sa démarche esthétique comme suit : « Je rêve d’agir au sein d’une vaillancourtsociété qui produit un bien nécessaire, essentiel à la vie, une société qui produit des idées qui font réfléchir. La forme que peut prendre l’art n’est que le prétexte à « charrier » les idées. L’image qui en ressort peut inciter les gens à l’éveil, à la révolte, et l’art devient une arme de combat contre l’indifférence, la monotonie, l’injustice, contre la pauvreté, contre les rapports riches/pauvres, contre toute forme de dictature avouée ou simulée, contre toute forme de répression ou d’oppression». Armand Vaillancourt (http://www.zone-art.ca/artiste-prestige/armand-vaillancourt)

Hommage à la classe ouvrière veut donc remémorer, par ses matériaux suggérant l’ère industrielle, la place prépondérante du labeur humain dans la construction de l’Histoire.

Références:
Michel Pratt. Brossard 1958-2008. Montréal : Éditions Histoire Québec. 2008. 212 p. Coll.« Société historique et culturelle du Marigot ».


S.Nadeau/biblio. Georgette-Lepage